PERSONNALITÉS HONORÉES DE 2000 À 2009

En 2009,
à Ancenis

Jean-Christophe Cassard, Tugdual Kalvez, Yann-Fañch Kemener et Jean-Guy Le Floc’h.

En 2009,
à Guérande

Mona Ozouf.

En 2008,
à Rennes

Gweltaz ar Fur, Yvonne Breilly-Le Calvez, Viviane Hélias et Roger Abjean.

En 2007,
à Saint-Brieuc

Rhisiart Hincks, Job an Irien, Martial Pézénnec et François Le Quémener.

En 2006,
à Plœmeur

Claudine Mazeas, Jean-Pierre Vincent, Xavier Leclercq et Claude Strecx.

En 2005,
à Loctudy

Ewa Waliszewska, Jean Kerhervé, Pierre Le Padellec et Jean Ollivro.

En 2004,
à Châteaubriant

Albert Poulain †, Yannig Baron, Marie Kermarec, Pierre-Yves Moign et Yann Goasdoué.

En 2003,
à Saint-Malo

René Abjean, Angèle Jacq, Jean-Louis Latour et Gilles Servat.

En 2002,
à Lannion

Henri Lécuyer, Yves Rocher, Michael Jones et Robert Omnes.

En 2001,
à Landerneau

Rozenn Milin, Pierre Toulhoat, Marc Simon et Dan Ar Braz.

En 2000,
à Pontivy

Tereza Desbordes, Lena Louarn, René Vautier et Pierre-Yves Le Rhun.

En 2009,
à Ancenis

Jean-Christophe Cassard

Ganet eo bet Jean-Christophe Cassard er Roc’hell e 1951, E dad a zo a orin eus Naoned hag e vamm eus bro Dreger vihan. E Naoned ez a d’ar skol eus ar c’hentañ derez betek ar c’hlasoù prientiñ ar skolioù meur. Goude e studioù e Skol Normal Uhel Saint- Cloud ez eo skolveuriekaet war an istor. Kelenner lise da gentañ, ez eo bremañ kelenner war istor ar Grennamzer e Skol-veur Breizh Kornôg ha staliet eo adarre war aod bro Dreger, douar e hendadoù e-lec’h ma chom abaoe ugent vloaz.

O paouez kenren gant Alain Croix ar pezh-mell Geriadur istor Breizh (Dictionnaire d’histoire de Bretagne) embannet gant an ti-embann Skol Vreizh e dibenn 2008 emañ. Ul labour a bouez a zo e bal reiñ endro d’ar Vretoned danvez o istor evel m’eo anavezet gant an arbenigourien a-vremañ. Ur Geriadur klokaet gant un dastumad skeudennoù eus an dibab a drugarez da virourien mirdi Kastell an Duked e Naoned, gant ul levrlennadurezh puilh ha kartennoù disembann betek-hen.

Kelenner-enklasker er KEBK (Kreizenn Enklask Breizhek ha Keltiek -Centre de Recherche Bretonne et Celtique) Skol-veur Brest, Jean-Christophe Cassard en deus gouestlet an darn vuiañ eus e embannadurioù d’ar Vretoned er Grennamzer. Lod a denn da istor ar c’hantvedoù kentañ : Les Bretons de Nominoë, Les Bretons et la mer, des origines au XIIIe siècle pe Les Vikings en Bretagne ; ur studiadenn war vuhez sant Erwan : Saint Yves de Tréguier, un saint du XIIIe siècle, klokaet, asambles gant Georges Provost, gant embannadur aktaoù kendalc’h Landreger bet dalc’het da vare deiz-ha-bloaz seizhvet kanved e varv e 1303. A-benn ar fin e levr « La guerre de Succession de Bretagne » a ro ur sell nevez war an darvoudoù reuzus o doa roet an tu da familh Moñforzh da ren war dugelezh Vreizh.

Ur preder doubl a zo bet a-viskoazh o ren war e labour : bezañ resis en implij ar mammennoù orin hag ober ul labour istorour aes da lenn ha da gomprenn evit an niver brasañ a dud, peurgetket el levrioù a bep seurt savet a-stroll hag embannet e ti Skol Vreizh. Ur c’hant pennad imbourc’h bennak savet gantañ a zo bet embannet e korf kelaouennoù skiant evit ur c’hevredig tud desket war an istor, niverus e Breizh, met ar pennadoù- se a ya d’ober sichenn ret-holl da gement imbourc’h skiantel.

E-kichenn ar mor, ar c’hedennoù, n’end eus ket disonjet studiañ implijoù kozh ar brezhoneg da nebeutañ pa vez damveneget ar yezh en dielloù dre ma vank an testennoù e brezhoneg eus an amzerioù koshañ.

Jean-Christophe Cassard est né à La Rochelle en 1951, d’un père nantais et d’une mère native du Trégor finistérien. C’est à Nantes qu’il fait ses études primaires, secondaires et fréquente les classes préparatoires. Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d’histoire, un temps enseignant en lycée, il est à présent professeur d’histoire médiévale à l’Université de Bretagne Occidentale et a retrouvé le Trégor maritime de ses ancêtres maternels, où il réside depuis vingt ans.

Il a codirigé, avec Alain Croix, le monumental « Dictionnaire d’histoire de Bretagne » paru aux éditions Skol Vreizh fin 2008, un ouvrage qui entend restituer aux Bretons la substance de leur histoire, telle du moins que les connaissances actuelles l’autorisent. Un Dictionnaire servi par une superbe iconographie dont les éditeurs sont redevables aux conservateurs du Château des ducs à Nantes, et par une importante bibliographie et des cartes inédites.

Enseignant-chercheur au CRBC (Centre de Recherche Bretonne et Celtique) de l’Université de Brest, Jean-Christophe Cassard a consacré l’essentiel de ses publications aux Bretons du Moyen Âge. Certaines portent sur les premiers siècles : Les Bretons de Nominoë, Les Bretons et la mer, des origines au XIIIe siècle ou Les Vikings en Bretagne ; une biographie de Saint Yves de Tréguier, un saint du XIIIe siècle, complétée par l’édition, avec Georges Provost, des actes du colloque de Tréguier tenu à l’occasion du septième centenaire de sa mort en 1303. Enfin, La guerre de Succession de Bretagne renouvelle pour partie les événements tragiques qui permirent l’arrivée au pouvoir des ducs de la maison de Montfort.

L’a toujours animé un double souci de précision dans l’utilisation des sources authentiques et de clarté dans l’expression afin que le travail de l’historien reste accessible au public lettré le plus large possible, en particulier dans divers ouvrages collectifs publiés chez Skol Vreizh et dans les livres diffusés. Environ une centaine d’articles de recherche, parus dans des revues savantes, sont naturellement plutôt réservés aux amateurs éclairés, nombreux en Bretagne, mais ils constituent le socle indispensable à toute recherche scientifique.

À côté de la mer, des croyances, les usages anciens de la langue bretonne n’ont pas été oubliés, du moins quand les sources le permettent en y faisant allusion de façon détournée puisque les textes manquent pour la période.

Haut de page

Tugdual Kalvez

Daoust m’eo ganet d’an 22 a viz Kerzu 1937 e Plañvour Mor-bihan, Tugdual Kalvez a zo a orin eus ar vro Glazig, eus an Erge-Armel tal kichen Kemper. Dimezet ha tad daou bugel eo ha laouen da gaout tri bugel vihan, brezhonegerien an holl anezho. Staliet eo hiziviken e Sant-Nolf e kichen Gwened. Kelenner war ar brederouriezh, ar bredkelennerezh hag ar brezhoneg e meur a skol eus ar vro eo bet : skolioù normal Gwened, liseoù Colbert en Oriant ha Benjamin Franklin en Alre.

E penn-orin meur a gevredigezh emañ a-dreuz e stourm evit ar yezh hag ar sevenadur : An Namnediz gant Henri Landreau, (strollad sonerezh folk, 1960) ; Skol Gouren Naoned (1963) ; Kelc’h Sevenadurel Gwened (1972) bet kadoriad anezhañ e- pad ugent vloaz ; Rann skolaerien ha kelenerien lik ar Morbihan (Ar Falz) gant Albert Boché (1975) ; diazezer ha kadoriad Unvaniezh ar Gelennerien Brezhoneg (1981) e-pad dek vloaz. Kadoriad Glad Senolf, strollad studi ha talvoudekaat glad Sant-Nolf, abaoe 1996.

Sot gant an arz, a den ouziek- mañ a zo dedennet ivez gant meur a zachenn sevenadurel- all : al lennegezh dre an embann dastumadoù barzhoniezh, danevelloù, testennoù pe c’hoazh troidigezhioù levrioù evit ar vugale ; ar sonerezh gant enrolladur meur a bladenn gant ar strollad An Namnediz ; an anvioù-lec’h, ar c’hoariva… Loreet eo bet meur eus e labour gant prizioù lennegel : Priz Per Roy (lennegezh e brezhoneg) 1997, Priz Zavier Langleiz (lennegezh e brezhoneg) 2000 hag ar Priz Imram (lennegezh e brezhoneg) 2002. Ezel eo ivez eus ar gevrenn Yezhoù & yezhoniezh e Skol-Uhel ar Vro.

Né le 22 décembre 1937 à Plœmeur en Morbihan, Tugdual Kalvez est originaire d’Ergué-Armel près de Quimper, en pays Glazik. Marié et père de deux enfants, il est l’heureux grand-père de trois petits-enfants, tous bretonnants. Aujourd’hui installé à Saint-Nolff, près de Vannes, ce professeur à la retraite a dispensé des cours de philosophie, de psychopédagogie et de breton dans plusieurs établissements de la région : aux écoles normales de Vannes, aux lycées Colbert de Lorient et Benjamin Franklin d’Auray.

Militant de la langue et de la culture bretonnes, il est à l’origine de nombreuses associations : An Namnediz avec Henri Landreau, (groupe de folk-song breton,1960) ; Skol Gouren Naoned (lutte bretonne, 1963) ; Kelc’h Sevenadurel Gwened (Centre Vannetais de Culture Bretonne, 1972) qu’il présida pendant vingt ans ; Section des Instituteurs et Professeurs Laïques Bretons du Morbihan d’Ar Falz avec Albert Boché (1975) ; fondateur et Président d’Unvaniezh ar Gelennerien Brezhoneg (l’Union des Enseignants de Breton, 1981) pendant dix ans. Il préside aujourd’hui Glad Senolf, groupe d’étude et de mise en valeur du patrimoine de Saint-Nolf, depuis 1996.

Passionné par les arts, cet érudit est aussi ouvert à de nombreux autres domaines culturels : la littérature par la publication de nombreux ouvrages de poésie, de nouvelles, de textes en breton ou encore la traduction de livres pour enfants ; la musique par le biais de l’enregistrement de plusieurs albums avec le groupe An Namnediz ; la toponymie, le théâtre… Ses travaux sont d’ailleurs récompensés par plusieurs prix littéraires : le Prix Pierre Roy de littérature en langue bretonne 1997, le Prix Xavier de Langlais de littérature en langue bretonne 2000 et le Prix Imram de littérature an langue bretonne 2002. Tugdual Kalvez est également un membre actif de la section Langues & Linguistique de l’Institut Culturel de Bretagne.

Haut de page

Yann-Fañch Kemener

Mouez Yann Fañch Kemener a zo unan eus ar re vrudetañ e Breizh hag ivez unan eus ar re vravañ e Frañs (Hélène Hazera, Libération).

Arbennigour war istor sonerezh pobl Vreizh ha war ar c’han e brezhoneg peurgetket : kan ha diskan (kan da respont, kan unvouezel pe modal), gwerz hag an holl doareoù-all, Yann-Fañch Kemener a gemer perzh abred- tre en adsav, an dastum hag en treuzkas glad sonerezhel ha yezhel Breizh.

A Orin eus Sant-Trifin, ur gumun war ar maez en Aodoù-an-Arvor, e vev Yann-Fañch Kemener gant e familh en un endro pemdeziek leun a c’han. Lusket a-vihanik gant ar rimadelloù, ar c’hanoù hag ar c’hontadennoù-se e vez dedennet buan gant ar sonerezh hag ar c’han hengounel. Klokaat a ra neuze ec’h anaoudegezh o selaou hag oc’h enrollañ anezho.

Pignat a ra war al leurenn dirak an holl evit ar wech kentañ pa vez pemzek vloaz ha meur a wech e vez dastumet prizioù kentañ Kan ar Bobl en Oriant gantañ.Arouez adsav Breizh ar bobl e teu da vezañ buan hag unan eus ar « melloù » pennañ etre sonerezh hengounel Breizh hag ar gevredigezh a-vremañ.

A drugarez da skoazell Claudine Mazéas e teu a-benn da voullañ pemp pladenn etre 1977 ha 1982, e ti Arion (Chants Profonds de Bretagne ha Kan Ha Diskan). Enno e kaver, skeudennet gantañ en un doare dibar, tro-ha-tro gwerzioù ha sonioù (kanoù barzhoniel, lourennek pe flemmus…).

Da notenniñ eo ar fed en deus bet an hollad pladennoù-se, Priz Akademiezh Charles Cros e rann ar glad.Ar strollad Barzaz bet krouet gantañ e 1988 a verk hag awen lañv sonerezhel Breizh ar bloavezhioù 90. Diouzh un tu all e labour gant meur a arzour brudet e-giz Marcel Guilloux, Anne Auffret, ar strollad Skolvan, Kristen Noguès … Kemer a ra perzh en oberenn Herez ar Gelted bet rennet gant Dan ar Braz. E-pad an avantur-se eo e kej gant Didier Squiban, ur gejadenn a vo pennorin ur c’henlabour dek vloaz ha teir fladenn.

Abaoe ar bloaz 2000 e talc’h d’e labour kaner gant ar soner violoñsell Aldo Ripoche, o chom war roudennoù un hentenn nevez ha dibar : lakaat penn-eus-penn bedoù diheñvel : bed ar sonerezh « pobl » hag hini ar sonerezh « gwiziek ». An Dorn, o bladenn gentañ, a zo bet roet Priz Meur Akademiezh Charles Cros dezhi, an titl a « Choc du monde de la musique » hag ur bern loreoù-all. Abaoe, o labour pinvidikaet gant enklaskoù ha kenlabourioù a bep seurt en deus enoret :

  • barzhed evel Armand Robin, Émile Masson,
  • dastumerien, sonaozourien ha sonstummerien (Hersart de La Villemarqué, Charles Koechlin, Adolphe Mahieux) o krouiñ gant ar sonerez piano Florence Pavie, un arvest hag ur bladenn anvet Dialogues.

Doare barok o hentenn a vremañ a zo eztaolet en o div bladenn ziwezhañ bet moullet e 2008. Evit ober Noël en Bretagne ha Tuchant erruo an hañv – Bientôt l’été, int bet ambrouget gant arbennigourezed meur eus ar sonerezh barok-se, Florence Rouillard ha Ruth Weber. Ouzhpenn embann albomoù niverus ha kemer perzh e strolladoù a bep seurt e sav pennadoù diwar- benn kanoù pobl Breizh. Embannet en deus e 1996, e ti-embann Skol Vreizh e Karnedoù hent, e-lec’h ma vez bodet frouezh e labour dastum gwerzioù dezhañ. Meur a raktres embann a zo war ar stern evit ar bloavezhioù o tont : dastumadoù kontadennoù, kanoù da zañsal ha krennlavarioù.

Sed aze ouzhpenn pemp bloaz a tregont ur red vicher leun a eskemmoù arzel, a labour kalet, a enklaskoù dizehan war danvez yezh bobl Vreizh hag a dalvoudekadur ar binvidigezh-se a dreuz ar bed a zo kurunennet gant kolier an Erminig.

Yann-Fañch Kemener est l’une des voix les plus connues de Bretagne, et  » l’une des plus belles de France  » (Hélène Hazera, Libération).

Spécialiste et véritable ethnomusicologue du chant de langue bretonne : kan ha diskan (chant à répondre, monodique et modal), de la gwerz et autres genres, Yann-Fañch Kemener participe très tôt au renouveau, à la conservation et à la transmission du patrimoine musical et linguistique breton.

Originaire de Sainte-Tréphine, commune rurale des Côtes d’Armor, Yann-Fañch est issu d’une famille dont le chant anime la vie quotidienne. Bercé par ces comptines, chants et récits, il est très vite attiré par la musique et les chanteurs traditionnels. Il accroît ainsi ses connaissances en les écoutant et en les enregistrant. Il se produit pour la première fois en public à l’âge de quinze ans et remporte à plusieurs reprises le premier prix du concours Kan Ar Bobl de Lorient. Il devient rapidement un symbole du renouveau de la Bretagne traditionnelle, et l’un des « maillons » les plus importants de la transmission de l’héritage musical breton.

Grâce au concours de Claudine Mazéas, il publie de 1977 à 1982, cinq disques chez Arion (Chants Profonds de Bretagne et Kan Ha Diskan), dans lesquels il interprète de nombreux gwerzioù et sonioù (chants poétiques, lyriques, satiriques…), dont il s’est fait l’un des plus grands illustrateurs sonores. Il est à noter que cet ensemble de disques a été couronné par l’Académie Charles Cros en 1982, au titre du partimoine.En 1988, il fonde le groupe Barzaz, qui marquera et insufflera le renouveau musical breton des années ‘90. Par ailleurs, il travaille avec de nombreux artistes de renoms tels : Marcel Guilloux, Anne Auffret, le groupe Skolvan, Kristen Noguès …

Il accompagne l’aventure de L’Héritage des Celtes porté par Dan ar Braz. C’est lors de cette aventure qu’il fait la connaissance de Didier Squiban et vont mener une carrière musicale commune de près de dix années et de trois albums.

Depuis 2000, il mène sa carrière de chanteur avec le violoncelliste Aldo Ripoche, continuant ainsi une démarche novatrice et singulière : celle de faire se rencontrer les deux univers des musiques « populaire » et « savante ». An Dorn, leur premier album a reçu le Grand Prix de l’Académie Charles Cros, le Choc du Monde de la musique et de nombreuses autres récompenses. Depuis, leur travail s’est enrichi de multiples collaborations et recherches, rendant ainsi hommage :

  • Aux poètes Armand Robin, Émile Masson,
  • Aux collecteurs, compositeurs et arrangeurs (Hersart de La Villemarqué, Charles Koechlin, Adolphe Mahieux) en créant avec la pianiste Florence Pavie, un spectacle et un CD intitulés Dialogues.

Leur démarche actuelle s’inscrit dans un « esprit baroque », dont sont le reflet leurs deux derniers albums publiés en 2008. Noël en Bretagne et Tuchant erruo an hañv – Bientôt l’été, pour lesquels ils sont accompagnés de grandes spécialistes de cette musique baroque, Florence Rouillard et Ruth Weber.

Outre la publication de nombreux albums et ses participations à diverses formations, il est également l’auteur de plusieurs articles sur la chanson populaire bretonne. Il a publié en 1996, chez Skol Vreizh ses Carnets de route, ouvrage de ses propres collectes de gwerzioù. Plusieurs autres publications sont en cours, pour les années à venir : collectes de contes, chants à danser, proverbes et dictons.

Ce sont plus de trente cinq années d’une carrière riche en rencontres artistiques, de travail assidu, de recherches insatiables sur cette matière populaire de langue bretonne et de valorisation de ce patrimoine à travers le monde, que vient ainsi couronner le collier de l’Ordre de l’Hermine.

Haut de page

Jean-Guy Le FLOC’H

Jean-Guy Le Floch eo bet ganet e 1953 e Karaez e Penn-ar-Bed. Aet eo d’ober e studioù e Skol Kreiz Pariz, ur Vestroniezh war ar Skiantoù a zo bet tapet gantañ e Skol-Veur Stanford (Kalifornia) hag un diplom contour-prizachour a zo gantañ ivez.

Adkemeret en deus an embregerezh Armor-Lux e 1993 gant Michel Gueguen goude bezañ tremenet ouzhpenn 10 vloaz e strollad embregerezhioù Bollore. Kadoriad-Rener Meur Armor Développement, embregerezh- penn ar strollad embregerezhioù eo ; ezel eo ivez eus Kambr Kenwerzh ha Greanterezh Kemper- Kerne hag eus kengor ren Emglev bedel Aozadur ar Broadoù Unanet.

Bet krouet e 1938 e Kemper, Armor-Lux a zo deuet da vezañ ur merk anavezet evit perzhioù e danvezhioù hag e servijoù. Displeget e vez gant e chemet dibar a denn da micherioù al lienn/ gwiskamant ha gant e youl mennet ha diskleriet da zifenn produadurioù eus an dibab graet e Frañs : 640 kenlabourer e tri lec’h produiñ e Kemper hag e Troyes.

Troet war an dazont, Armor-Lux a zo un embregerezh breizhek atebek engouestlet en argerzh an diorroadur padus hag ar c’henwerzh leal. Ouzhpenn-se, ez eo bet kefridiet Armor-Lux gant an SNCF hag ar Post da wiskañ o implijidi. E э2009 Jean-Guy Le Floch a zo bet graet Marc’heg al Lejion a Enor.

« Dibosupl eo disrannañ istor Armor-Lux eus hini Breizh. E Breizh eo en deus an embregerezh kavet e blas 70 bloaz’zo. Amañ eo ivez e warezomp an implijidi evit difenn ur chemet o tennañ d’al liennoù anavezet gant an holl hiziviken. Sevenadur hag hengoun a zo gwriziennet mat e douar Breizh, dav eo gwareziñ anezho.

Pep hini d’e live a c’hell ober e lod ha me zo mennet da zifenn an talvoudegezhioù eeun ha gwirion a ra skeudenn ha perzh Breizh (J-G. Le Floch) ».

Jean-Guy Le Floch est né en 1953 à Carhaix dans le Finistère. Il est diplômé de l’Ecole Centrale de Paris, titulaire d’un Master of Sciences de l’Université de Stanford (Californie) et possède le diplôme d’expert-comptable. Il a repris Armor-Lux en 1993 avec Michel Gueguen après plus de 10 ans passés dans le groupe Bolloré. Il occupe aujourd’hui les fonctions de PDG d’Armor Développement, la holding du groupe, il est également membre de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Quimper-Cornouaille et du comité directeur du Pacte Mondial des Nations Unies.

Créée en 1938 à Quimper, Armor-Lux est devenue une marque reconnue pour la qualité de ses produits et de ses services. Elle le doit à un savoir-faire unique dans le secteur du textile / habillement et à une volonté affichée de défendre une production française de qualité: 640 collaborateurs sur trois sites industriels à Quimper et à Troyes. Ouverte sur l’avenir, Armor-Lux est une entreprise bretonne responsable engagée dans la démarche développement durable et le commerce équitable. De plus, La SNCF et La Poste ont confié à Armor- Lux l’habillement de leurs agents. En 2009 Jean-Guy Le Floch est nommé Chevalier de la Légion d’honneur.

« L’histoire d’Armor-Lux est indissociable de celle de la Bretagne. C’est en Bretagne à Quimper que l’entreprise a trouvé son port d’attache il y a 70 ans. C’est également ici que nous protégeons nos emplois pour défendre un savoir-faire textile aujourd’hui reconnu de tous. La Bretagne est une terre de culture et de tradition qui mérite d’être protégée. Chacun à son niveau peut y contribuer et je m’attache à défendre les valeurs simples et authentiques qui font l’image et le succès de la Bretagne. (J.-G. Le Floch) »

Haut de page

Mona OZOUF

Mona Sohier est née à Plourivo (Pays briochin) en 1931. Elle est la fille de Yann Sohier (Loudéac, 1901 – Plourivo, 1935), très grande figure du mouvement culturel breton. Cet instituteur progressiste originaire de Haute Bretagne avait appris le breton et il fonda en 1933 le bulletin Ar Falz (la faucille) pour défendre et promouvoir la langue bretonne à l’école publique, dans un milieu qui ne lui était a priori guère favorable. Ardent militant de la cause bretonne, son père fut emporté très jeune par une septicémie alors que Mona n’avait elle-même que quatre ans et elle fut élevée en breton par sa mère et sa grand-mère maternelle, originaires du Léon, dans la vénération de ce père qu’elle n’avait guère connue. Elle eut une enfance austère, tiraillée entre le haut idéal breton qui avait été celui de son père et de beaucoup de ses amis, et l’idéologie qui imprégnait l’enseignement public qui fut le cadre de sa jeunesse. Elle a retracé cette période avec une émotion retenue dans son dernier livre : Composition française : retour sur une enfance bretonne. Brillante élève au lycée de Saint-Brieuc, elle fut élève de l’École Normale Supérieure de Sèvres et, comme la grande majorité des jeunes intellectuels au lendemain de la guerre, elle milita naturellement au Parti communiste, avec lequel elle devait prendre plus tard une certaine distance. Après voir obtenu l’agrégation de philosophie, elle commença une carrière d’enseignante, mais s’orienta bien vite vers l’histoire et entra au C.N.R.S. Mona Sohier épousa un autre historien, de trois ans son aîné, Jacques Ozouf, né à Alençon en 1928. Jacques et Mona partageaient une commune passion pour l’histoire de l’éducation en France et ils écrivirent ainsi ensemble La République des instituteurs, livre publié en 1992. Une terrible épreuve frappa leur couple : Jacques Ozouf qui était directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, fut victime d’un accident cérébral qui le priva de la parole. Dans un livre d’entretiens avec Philippe Van Eeckhout, Le langage blessé : Reparler après un accident cérébral (Albin Michel, 2001), Mona Ozouf a évoqué ce drame avec beaucoup de lucidité et de délicatesse. Elle devait s’occuper de son époux avec un dévouement admirable jusqu’à sa mort en 2006. Jacques et Mona Ozouf étaient très liés avec un très grand intellectuel français : François Furet (1927-1997), dont ils partagèrent largemment l’itinéraire. Mona, directrice de recherches au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), travailla étroitement avec lui durant des années, principalement sur l’histoire de la Révolution française. Cette période est une des grandes spécialités de Mona Ozouf, également connue pour ses travaux sur l’éducation et particulièrement sur l’école républicaine, ainsi que sur l’histoire des femmes.

Depuis quelques années, la production de Mona Ozouf, devenue membre éminent du jury du prix Fémina, a pris des orientations plus délibérément littéraires, avec Les mots des femmes, un essai sur la singularité de la place des femmes dans la tradition française, un essai sur Henry James et les pouvoirs du roman, La muse démocratique et encore un essai sur la littérature du XIXème siècle entre Ancien Régime et Révolution, Les Aveux du roman. Elle s’est intéressée dans ces livres au statut du roman de l’univers démocratique en analysant comment était posée à travers cette forme littéraire la question de la place de la singularité et du principe de distinction dans le monde de l’égalité des conditions. Avec Varennes, la mort de la royauté, paru en 2005, Mona Ozouf a confirmé à la fois sa maîtrise de l’histoire de la Révolution et son exceptionnel bonheur d’écriture. Membre du Centre de recherches politiques Raymond Aron, Mona Ozouf signe aussi régulièrement des articles dans le Nouvel Observateur.

Restée attachée à la Bretagne, Mona Ozouf a écrit plusieurs fois des textes de grande qualité à propos de la langue et de la culture bretonnes dans divers journaux et revues. Elle a aussi préfacé en 2001 le livre Les Aventures extraordinaire du citoyen Conan, traduit du breton par Poalig Combot et publié par Skol Vreizh. Elle a également préfacé le livre courageux de Jean-Jacques Monnier : Résistance et conscience bretonne 1940-1945, publié en 2007 par Yoran Embanner.

Haut de page

En 2008,
à Rennes

Roger ABJEAN

Né en 1925 à Plouider (Léon), il ne découvre la langue française qu’à l’âge de 7 ans. Après des études au collège de Lesneven, il entre en 1944 au Grand séminaire de Quimper où il acquiert une formation musicale d’excellence. Prêtre en 1949 il est nommé pour un an à l’île de Sein. Il y découvre un répertoire bouleversant écrit spécialement pour les îliens qui le chantent le Vendredi saint, jour où personne ne part en mer.

Son avenir est tracé : dix ans à Landivisiau, vingt-cinq à Morlaix, vingt à Carantec, il sera un pionnier du renouveau de la musique bretonne mise au service de l’Eglise.

A Landivisiau il crée la chorale Kanerien Bro Leon qui obtient le premier prix du concours national de chorales à Paris. L’ouverture au chant profane est mal perçue et il perd le titre de maître de chapelle. Qu’à cela ne tienne, il crée une nouvelle chorale à Morlaix, Kanerien Sant Vaze. Il arrange de nombreux cantiques et chants bretons mais s’ouvre aussi au classique : la chorale obtient le premier prix du concours international du meilleur enregistrement en 1964 avec Judas Macchabée de Haëndel. Cette même année, il crée avec Georges Le Coz le premier chœur d’hommes de Bretagne. Encouragé par la réforme liturgique, il compose une messe intégralement en breton, Oferenn war gan. L’Ensemble Choral du Léon, créé en 1968 avec Georges Le Coz, ouvre le premier festival du Relecq en 1971, car Roger Abjean est aussi sensible au patrimoine bâti. Sa rencontre avec Eliane Pronost est déterminante. Il l’accompagne avec le quatuor du Léon pendant de nombreuses années au cours desquelles s’enchaînent concerts, enregistrements, disques (plus de 60) et publications. Sa dernière affectation le mène en 1985 à Carantec où il créé Kanerien Sant Karanteg.

Haut de page

Gweltaz AR FUR

Gweltaz ar Fur est né le 25 avril 1950 à Hennebont (Pays vannetais). Emigré à Metz avec sa famille pour une année, en 1964, il prend alors conscience de sa bretonnité et s’engage politiquement à travers la composition de ses premiers textes dans la chanson revendicative, notamment en raison de la situation sociale de sa ville natale.

Il a à peine vingt ans lorsqu’il sort ses premiers disques 45 T chez Kelenn et Droug et commence à se produire en public dans les festivals et manifestations où l’on entend son premier succès Le sort du paysan français.

En 1973 il signe son premier album Chants celtiques et un second, Bonedoù Ruz, en 1975. Il compte alors parmi le petit groupe de chanteurs qui symbolisent le combat culturel et politique breton. Commence alors en 1976 la période des tournées à travers le monde : Allemagne, Irlande, Québec…

En 1977, il est cofondateur de Diwan dont il assure la présidence jusqu’en 1980. La chanson Didostait Bugale enregistré sur un 45 T au profit de l’association sera reprise bien plus tard par Dan ar Braz lors de l’Eurovision. En 1978 il écrit Frankiz ar Vretoned, une des chansons de l’album réalisé en soutien aux Bretons emprisonnés.

En 1980 il ajoute une nouvelle corde à son arc avec la création de la librairie Ar Bed Keltiek à Quimper bientôt suivi d’un deuxième magasin à Brest en 1984. C’est alors qu’il décide de mettre un terme à sa carrière de chanteur pour mieux assurer la promotion des musiques de Bretagne. Parallèlement il s’investit dans la vie culturelle bretonne, il est trésorier du Théâtre de Cornouaille et membre du Centre Régional du Livre de Bretagne.

Il a, au cours de ces dernières années, eu plusieurs occasions de remonter sur scène, notamment pour les 30 ans de Diwan où il a interprété deux nouveaux titres.

Haut de page

Yvonne BREILLY-LE CALVEZ

Yvonne Breilly-Le Calvez est née dans une vieille famille de Dirinon près de Landerneau entre Léon et Cornouaille et entre terre et mer. Elle suit ses parents au gré des mutations mais son attachement au pays est fort et elle y revient dès qu’elle peut, partageant la vie locale entendant avec bonheur les cantiques en breton à l’église. Encouragée par un professeur de piano ayant perçu son intérêt pour la musique, elle reçoit une formation musicale très complète. Ayant suivi à nouveau ses parents à Nantes en 1939, elle y passe le baccalauréat puis devient institutrice. Parallèlement à son activité professionnelle, elle joue dans un orchestre où elle fait la rencontre de son mari. La musique est au cœur de son métier d’enseignante tout en cherchant à éveiller les enfants au conte (dix ouvrages publiés) et au thème de la mer. Pour son action en faveur de la musique au sein de l’Education Nationale elle reçoit les Palmes académiques en 1974 et le prix René Mouflard en 1977. La création d’une chorale d’enfants en 1965 (plusieurs disques enregistrés) et l’ensemble de son action lui valent l’attribution de la médaille de l’Ordre National du Mérite en 1981. La retraite en 1983 lui permet d’autres rencontres. La chorale « Fa Si Nantes » qu’elle crée alors intègre la fédération Kendalc’h en 1991 à l’occasion du Breizh a gan à Nantes. Pour bien affirmer son identité bretonne en Loire-Atlantique la chorale prend le nom d’Ensemble Choral Anna Vreizh en 1993 et participe à toutes les représentations de Kan evid ar Peoh. L’essentiel de son répertoire est en breton, textes choisis au fil des rencontres et des amitiés comme avec Naig Rozmor. Elle compose pour une bonne part la musique harmonisée par son complice René Abjean. Ses tournées en Bretagne comme à l’étranger ont aussi permis de porter au loin la voix de la Bretagne.

Haut de page

Viviane HELIAS

Originaire du pays Bigouden (Cornouaille), Viviane Hélias découvre la culture bretonne dans toute sa diversité en entrant au cercle celtique de Pont-l’Abbé en 1962. Elle participe alors à la promotion de la Bretagne lors de fêtes folkloriques partout en Bretagne et en Europe. En 1969, elle entre à la confédération War’Leur. Responsable des stages de danse, elle participe à la programmation et au suivi des spectacles, apportant ainsi son aide pendant de nombreuses années aux comités des fêtes et festivals les plus importants.

Parallèlement elle mène un travail de collectage audiovisuel, avec l’aide de Yann-Fañch Kemener, des frères Flageul, Lommig Donniou et Marcel Baloin et fait des enregistrements lors du Kan ar Bobl.

En 1980, elle lance avec une petite équipe au sein de War’leur (Geneviève Jouanic, Raymonde Yaouanc, Jean-Michel Pérennec, Marie Le Bec et Mimi Kerloc’h) une commission broderie. Au début il s’agit de donner des conseils pour les costumes des groupes. La demande est si forte qu’il faut organiser stages d’apprentissages et journées d’études. Des outils pédagogiques sont réalisés, une cassette vidéo et un livre. Ont suivi des expositions à Pont-l’Abbé, à Quimper, au château de Kerjean, un film sur « L’art de tirer l’aiguille » et des initiations au public. C’est par le Québec qu’elle fait découvrir la broderie bretonne à l’étranger avant de se rendre en Louisiane, au Brésil et au Mexique.

Mais son combat le plus grand a été de démontrer que la broderie avait sa place en milieu scolaire.

Elle a collaboré avec Hélène Cario à la publication du livre Broderie en Bretagne en 2007 et travaille avec elle à un second ouvrage.

Haut de page

En 2007,
à Saint-Brieuc

Rhisiart HINCKS

Rhisiart Hincks est né dans le Leicester, au centre de l’Angleterre, le 9 avril 1945. Chaque été à partir de l’âge de 10 ans il passe ses vacances au Pays de Galles où il découvre le gallois. Il lui prend ainsi l’envie de découvrir cette langue qu’il apprend alors à l’aide de livres et de cours diffusés par la radio. Il continue l’apprentissage du gallois à l’université d’Aberystwyth et obtient la licence de littérature galloise en 1975. Il y apprend aussi le breton en suivant les cours de Rita Williams puis se perfectionne en suivant des stages en Bretagne.

En 1979, il termine une maîtrise sur le barde, journaliste et éditeur E. Prosser Rhys et en 1982 soutient une thèse de doctorat sur l’Histoire des études celtiques et de la langue bretonne jusqu’à la fin du XIXe siècle.

En 1978 il devient professeur à la section de gallois à l’Université du Pays de Galles à Aberystwyth où il enseigne l’histoire de la langue galloise et le breton moderne en gallois.

Il assure aussi des cours de gallois en breton pour l’école par correspondance Skol Ober. Il est correspondant du dictionnaire multilingue en ligne Logos pour le gallois et conseiller auprès de l’organisation Cymdeithas y Cyfieithwyr (société des traducteurs). Il écrit dans la revue bretonne Al Lanv et dirige la revue bilingue, en breton et gallois, Newyddion Llydaw/Keleier Breizh. Marié deux fois, il a quatre enfants : Banon, Mabon, Cynon ha Rhiannon.

Il a publié de nombreux travaux dont :

E.Prosser Rhys 1901-45 (Llandysul, 1980), Geriadur kembraeg-brezhoneg/Geiriadur Cymraeg-Llydaweg (Lesneven, 1991; eil emb. 1997), Alc’hwez d’ar c’hembraeg/Allwedd i’r Gymraeg (Plufur, 1992), Geiriau Llydaweg a Fabwysiadwyd gan y Geiriadurwyr Thomas Jones, Iolo Morganwg, William Owen Pughe ac eraill (Aberystwyth, 1993), I Gadw Mamiaith mor Hen (Llandysul, 1995), un droidigezh diwar En tu all d’an douar hag an neñv, gant Per Denez : I arall Fyd (Llanrwst, 1997), Yr Iaith Lenyddol fel Bwch Dihangol yng Nghymru ac yn Llydaw/The Literary Language as a Scapegoat in Wales and in Brittany (Aberystwyth 2000), Kentelioù Brezhoneg Diazez/Cwrs Llydaweg Sylfaenol (Aberystwyth, 2001).

Haut de page

Job AN IRIEN

Né à Bodilis (Léon) dans un milieu brittophone, Job an Irien jeune est scout à Bleimor. De 1968 à 1982 il participe de très près à la vie du Bleun-Brug et à la rédaction des cahiers du Bleun Brug écrivant chansons (recueil eun deiz avec Michel Scouarnec et chansons d’enfants Deus ganin), cantiques (nouveaux cantiques bretons Hag e paro an heol avec Michel Scouarnec et René Abjean) et cantates (Ar Marh Dall, War varh d’ar mor avec René Abjean et les chorales du Bout du Monde).

A partir de 1984, avec la création du centre de rencontre bretonnant Minihi-Levenez par Mgr Barbu, évêque de Quimper et de Léon, l’orientation devient plus spécifiquement spirituelle. Cantiques pour enfants, Klask a ran et Dremm an Aotrou, cantate Kan evid ar peoc’h puis War heñchou ar bed avec Christian Desbordes et toujours les chorales du Bout du Monde. Puis en 2000, il crée Kalon ar bed avec Christian Desbordes et René Abjean à la cathédrale de Quimper tout en poursuivant l’écriture de textes de cantiques.

Entre temps, surtout à partir de 1990, il crée une maison d’édition essentiellement bilingue (sauf pour les ouvrages liturgiques entièrement en breton), en collaboration avec Bernard Tanguy, Yves-Pascal Castel, Fañch Morvannou, Pierre Tanguy, Jean-Pierre Boulic… Il édite la revue Minihi-Levenez et depuis 1993, écrit régulièrement des chroniques dans l’hebdomadaire Le Courrier du Léon – Le Progrès de Cornouaille et plus récemment dans Ya… Tout cela sans compter l’animation de pèlerinages en pays celtiques, l’aumônerie de collèges et du lycée Diwan en Finistère.

Haut de page

Martial Pézénnec

Né en 1933 à Glomel (Haute-Cornouaille), il entre au cercle celtique de Glomel en 1946 puis devient sonneur à la Kevrenn Rostren en 1948. Il est co-fondateur en 1952 du cercle celtique de l’Abbaye de Langonnet (Korollerien an Ele) avec Sam Le Poupon et Fañch Auffret.
A partir de 1953, il est sonneur au cercle celtique de Rennes et à la Kevrenn Roazhon, et co-fonde avec Jean-Yves Roche le bagad d’enfant Yaouankiz Breiz, qui deviendra ensuite le Bagad Kadoudal. En 1962 il entre au comité directeur de Bodadeg Ar Sonerion. Avec Sam Le Poupon de Langonnet, ils obtiennent le titre de champions de Bretagne en 1963, et produisent plusieurs disques : Dañs Fisel, Au pays des Mille Boutons, Noce bretonne à Plouray.

De retour au pays en 1967, il créé l’Imprimerie Centre-Bretagne à Rostrenen. Participant ainsi à la vie économique, sociale et culturelle du pays, il devient président-fondateur de la Foire exposition Centre-Ouest-Bretagne, président du jumelage de Rostrenen avec Kanturk (Irlande) dont il a l’initiative, conseiller municipal à Rostrenen puis maire-adjoint en 1983.

En 1982, il succède à Polig Monjarret à la tête de BAS pour 9 ans, puis en 1986 accepte de présider le centre culturel Amzer Nevez, poste qu’il conserve pendant 13 ans. Il en est ensuite président honoraire. Il est par ailleurs membre de nombreuses associations (ICB, Glenmor : an distro, etc). Il disparait au mois de septembre 2010.

Haut de page

François Le Quémener

Né le 15 octobre 1924 dans un milieu rural et bretonnant, sa voie est toute tracée : il sermonne les mauvais comportements des adultes dès l’âge de 8 ans. Il entre au séminaire de Sainte-Anne d’Auray à 11 ans en 1935 puis au grand séminaire en 1941. Il est ordonné prêtre en 1947. Son premier poste à Charles de Blois, paroisse de la gare d’Auray, le met en contact avec le monde des cheminots, puis il rencontre celui des pêcheurs à Lorient (paroisse de Sainte-Anne d’Arvor de 1957 à 1966). Souhaitant depuis toujours voyager comme son frère aîné, prêtre aussi, il demande à partir en Amérique du Sud, c’est finalement à Paris de la Mission bretonne (Ti ar Vretoned en breton) qu’il est envoyé en 1966. La Mission dont il prend la direction en 1970, a été créée en 1947 par l’abbé Elie Gautier. Au sein de Mission bretonne, il a pour fonction d’accueillir les jeunes Bretonnes et Bretons qui arrivent à Paris, de les aider à s’intégrer dans un monde nouveau et à lutter contre l’alcoolisme, la prostitution et le chômage. Il s’occupe avant tout d’aider ces jeunes à garder la foi tout en s’appuyant sur leur besoin de conserver leurs racines. C’est en effet à Paris qu’il prend conscience de ce qu’est une identité, bretonne ou autre et se donne pour mission de maintenir la richesse culturelle bretonne au sein de la communauté bretonne dans la capitale, mission assurée jusqu’en 2003. Revenu à Hennebont, il n’en est pas moins actif au sein du Groupe d’Animation Paroissial. Il nous quitte en 2009.

Haut de page

En 2006,
à Plœmeur

Claudine MAZEAS

Née le 26 septembre 1926 à Guingamp (Trégor), Claudine Mazéas a grandi entre son père Goulven Mazéas, militant breton et sa mère Denise Weill, artiste juive et a développé ainsi une sensibilité riche et ouverte à toutes les formes de culture. Après les persécutions de la Seconde Guerre Mondiale elle se consacre, en collaboration avec le Musée de l’Homme, au collectage des trésors de la culture orale bretonne encore accessibles alors. Elle collecte ainsi de nombreux chants dans le Trégor et en haute Cornouaille. Elle fait venir aussi de nombreux artistes dans sa ville de Guingamp, musiciens classiques et bretons et poursuit de fructueuses et variées fréquentations intellectuelles. Son sens de la musique lui permet de découvrir et d’accompagner dans leur carrière de nombreux talents comme Yann-Fañch Kemener, Anne Auffret ou Denez Prigent.

Haut de page

Claude STRECKX

Né le 3 juillet 1944 à Uccle (Belgique), Claude Sterckx est issu d’une famille de brasseurs belges. Il découvre la Bretagne par hasard : étudiant il voulait consacrer son mémoire de maîtrise aux méthodes de romanisation d’une province très étrangère. Hésitant entre les mondes arabe et celte, il choisit ce dernier en raison de ses connaissances en anglais. C’est au cours de ses études à Rennes qu’il rencontre son épouse Anne-Marie Salaün, c’est aussi à cette période qu’il noue de solides amitiés dans le mouvement breton. Rentré en Belgique, il enseigne la civilisation celtique à l’université libre de Bruxelles et collabore à diverses sociétés d’histoire belges (président de la Société Belge d’Études Celtiques depuis 1987) et bretonnes. Avec son épouse, il participe au rapprochement entre la Belgique et la Bretagne et lance, en 1975, l’idée d’un Comité International pour la Défense de la Langue Bretonne (animé par Henri Lécuyer pendant de nombreuses années) organisme qu’il préside aujourd’hui.

Haut de page

Xavier LECLERCQ

Né le 23 avril 1944 à Douarnenez (Cornouaille), Xavier Leclercq suit des études de droit puis de sciences économiques. Secrétaire général adjoint de la Chambre de commerce et d’industrie de Morlaix à l’âge de 24 ans, il en est directeur général de 1977 à 1990. Parallèlement il crée la compagnie d’aviation Brit Air, qu’il dirige de 1973 à 2001. Il s’investit dans de nombreux organismes en lien avec les transports (European Regional Airlines Association, Conseil Supérieur de l’Aviation Marchande, etc.) mais aussi centrés sur le pays de Morlaix (conseiller municipal de Plouezoc’h, vice-président de la Communauté d’agglomération du Pays de Morlaix). Président pendant plusieurs années de Produit en Bretagne, il a été nommé président du Conseil d’Analyse Stratégique de l’ARDE (Agence Régionale de Développement Économique). Il a deux enfants.

Haut de page

Jean-Pierre VINCENT

Né en 1936 à Plélan-le-Grand (Pays rennais), Jean-Pierre Vincent a 18 ans lorsqu’il est initié à la culture bretonne par Pierre Roy, qu’il rencontre dans le cadre du cercle celtique de Rennes. Il consacre le temps libre que lui laisse l’enseignement des sciences physiques à l’animation du cercle celtique, dont il assumera le rôle de trésorier pendant 30 ans. En 1957, il rencontre Kendalc’h et Robert Legrand. Il préside l’Union Locale des Associations Kendalc’h (devenue par la suite l’UPRACB puis Skeudenn Bro Roazhon) dès sa création en 1965, puis s’investit dans la création du centre Per Roy à Saint-Vincent-sur-Oust et la gestion du magazine Breizh. Pionniers de l’aventure Coop Breizh, qu’il préside aujourd’hui, il est aussi trésorier de Breizh-Kembre et membre actif de l’ICB.

Haut de page

En 2005,
à Loctudy

Ewa WALISZEWSKA

Ewa Waliszewska est née le 30 novembre 1953 à Poznan (Pologne). Passionnée par les langues, elle a obtenu une maîtrise en philologie romane à Poznan, puis un doctorat d’université à Grenoble III en linguistique appliquée. Elle travaille d’abord à la Maison d’Édition des dominicains « W drodze » et de 1983 à 1990 consacre son temps à l’éducation de ses deux enfants. De 1990 à 1996 elle enseigne le français successivement à l’Alliance Française, en lycée, à l’Académie de Médecine, l’Académie de Culture Physique et la faculté de Tourisme. C’est en 1996 qu’elle entre à la Maison de la Bretagne-Dom Bretanii à Poznan, d’abord comme bibliothécaire, puis à partir de 1999 comme responsable de l’édition. Elle traduit et écrit alors de nombreux livres sur la Bretagne (contes et légendes, saint Yves, récits de Noël) et anime dans différentes villes polonaises des conférences sur saint Yves et sur la Bretagne. Elle a participé au Colloque Universitaire des Juristes à Tréguier à l’occasion du 700e anniversaire de la mort de saint Yves.

Haut de page

Pierre Le PADELLEC

Né en mars 1932 à Bubry (Pays Vannetais), il fréquente brillamment le collège Saints-Anges à Pontivy, le lycée de la Joliverie à Nantes puis l’École des Travaux Publics à Paris. Curieux de tout, il court les conférences mais n’oublie pas la Bretagne et fréquente Ker Vreizh et la Mission bretonne. Ses parents lui ont transmis le goût de l’histoire et de la culture bretonne et c’est auprès de sa mère qu’il copie une première centaine de chansons en breton. De retour du service militaire, il s’équipe d’un magnétophone et enregistre les chanteurs de la région. Pour rester au pays il choisit d’exercer la profession de visiteur médical et se marie en 1967 avec Nicole Tanguy. La défense de la Bretagne englobe aussi l’engagement politique (après le MOB, il adhère à l’UDB), la lutte contre le remembrement (il entre à Eaux et rivières et succède bientôt à Jean-Claude Pierre à sa tête), la lutte contre les mines d’uranium de la Cogéma, et pour le désenclavement de la Bretagne à l’époque de la « guerre du rail ». Dans les années 1993-1995, il participe à la revue de pays Mil bouton tout en revenant à ses premières amours de la chanson, des contes et de la langue bretonne en intégrant Dastum Bro Ereg. En 1998, il est élu à la présidence du Kan ar Bobl.

Haut de page

Jean KERHERVE

Né le 6 juillet 1946 à Concarneau (Cornouaille), il suit des études d’histoire à l’Université de Bretagne Occidentale. L’agrégation en poche en 1969, il commence sa carrière d’enseignant au lycée de l’Harteloire (1969-1970) à Brest. Dès l’année suivante, il enseigne à l’Université de Bretagne occidentale, faculté des lettres et sciences sociales comme assistant, puis maître-assistant (1981), maître de conférence (1983), et enfin professeur des universités (1988). Il exerce de nombreuses fonctions dont celle de directeur adjoint du CRBC, de 1988 à 1994. En 1988, le Premier prix Gobert d’histoire de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres lui est décerné pour son ouvrage majeur : L’État breton aux 14e et 15e siècles ; Les ducs, l’argent et les hommes.

Consacrant ses travaux de recherche à la Bretagne du Bas Moyen Âge, il a publié à ce jour environ 130 livres et articles sur la Bretagne ducale, renouvelant largement nos connaissances sur cette période.

Haut de page

Jean OLLIVRO

Né en 1961, Jean Ollivro est le fils d’Édouard Ollivro, maire de Guingamp et auteur de Pikou, fils de son père. Agrégé de géographie, maître de conférence à l’Université de Rennes II, il s’intéresse aux questions liées à l’aménagement du territoire et aux défis que la Bretagne doit relever pour s’assurer un avenir dans le respect de son identité. Il est aujourd’hui président de Bretagne Prospective. Il est aussi membre actif de l’ICB et anime en outre depuis trois ans le séminaire du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (Vannes) « Les fondamentaux de la culture bretonne ». En 2003 il crée et préside Bretagne Prospective, think tank inspiré par le CELIB.

Il a publié deux ouvrages avec Joseph Martray en 2001 : La Bretagne au cœur du nouveau monde, et La Bretagne réunifiée. Une véritable région européenne ouverte sur le monde, puis deux autres en 2005 : La Bretagne des paradoxes, et Bretagne, 150 ans d’évolution démographique.

Haut de page

En 2004,
à Châteaubriant

Yannig BARON

Né dans une famille nombreuse de l’île de Groix, il découvre très jeune l’histoire de Bretagne et apprend, à 14 ans, à jouer de la bombarde.

Engagé dans la Marine, qu’il quitte en 1960, il retrouve de nombreux Bretons à Toulon, puis à Marseille, où il s’occupe du festival des Bretons du Midi et fait venir du pays de nombreux artistes. Parallèlement, il y crée une section du MOB et milite contre la guerre d’Algérie. En 1970, de retour en Bretagne, il anime, aux côtés de Yann Goasdoue, le foyer de Menez Kamm, qui devient alors un lieu essentiel de la vie culturelle bretonne. Installé à Vannes, il s’investit dès 1978 dans la lutte pour la création d’une école Diwan, mais c’est un échec. Tenace, menaçant de faire la grève de la faim, il arrache en 1988 la création d’une classe à Brec’h dans la filière bilingue de l’enseignement public. A la même époque, à Groix, l’exposition et les manifestations qu’il consacre à son grand cousin Yann-Ber Kalloc’h rencontrent un immense succès. Entré à l’UDB la même année, il se présente alors à plusieurs élections locales. Constatant et déplorant le déficit d’enseignement du breton dans l’enseignement catholique, il met sur pied (avec d’autres militants dont sœur Anna Vari Arzur dans le Finistère), l’association Dihun dont il est le président jusqu’en 2010 : l’enseignement catholique dispose désormais de 49 filières regroupant 3300 enfants dans toute la Bretagne. Après une nouvelle grève de la faim de 38 jours en 1990, il obtient la création de stages de formation de longue durée dans l’enseignement public. En 1995, il utilise encore ce moyen de désespoir, avec une douzaine d’autres personnes, pour exiger la signature par la France de la Charte européenne des langues minoritaires. La même année, il imagine et met en place une formation spécifique au sein de l’Université Catholique de l’Ouest : c’est elle qui prépare aujourd’hui la majorité des enseignants bilingues de la filière. Il est aussi à cette époque co-fondateur, à Carnac, de l’association « Menhirs libres ». En 1998, il entame une troisième grève de la faim pour obtenir plus de postes dans l’enseignement bilingue. En 2000, le titre de Breton de l’année lui est décerné par Armor magazine.

Haut de page

Yann GOASDOUE

Né à Perros-Guirec (Trégor) en 1939, il y devient membre du bagad local dès sa formation en 1954 : c’est là qu’il apprend à sonner et qu’il prend goût pour la culture de son pays.

En 1970, il prend la décision déterminante d’interrompre une modeste activité de représentation de produits alimentaires bretons en Provence pour venir avec sa famille s’installer en centre Bretagne : ce geste allait lui permettre d’associer, au sein du foyer culturel de Menez Kamm, l’engagement pour la Bretagne et une vie professionnelle riche et exaltante. Désormais implanté à Spezet, il y est à l’origine de la création de l’entreprise de diffusion du livre et du disque bretons, et par suite, de la venue en centre Bretagne de Coop Breizh, dont il est nommé directeur commercial et de la diffusion dès 1977, puis directeur général jusqu’en 1999 : avec les librairies de La Baule, Paris, Rennes et Lorient, le site de Spezet a contribué et continue de contribuer de façon majeure au rayonnement de la culture bretonne. Il est en 1972 un des quatre musiciens fondateurs du toujours très actif groupe de fest-noz Diaouled ar Menez, auquel il participe toujours comme talabarder, chantant aussi dans plusieurs chorales, tout particulièrement dans le désormais réputé chœur d’hommes Mouezh Paotred Breizh. Fort de l’expérience accumulée, il apporte son aide active à l’organisation à Carhaix du « Festival du Livre et Salon des Romanciers de Bretagne ».

Haut de page

Marie KERMAREC

Née dans un milieu brittophone, elle enseigne pendant trois ans comme institutrice à Plouguerneau (Léon). Ses premiers contacts avec la culture bretonne se font par l’intermédiaire de la chorale Kenvroiz Dom Mikael de Plougerne/Plouguerneau.

Dès 1971, au Festival des Cornemuses de Brest, Charlez et Chanig Ar Gall l’invitent à participer aux émissions dominicales de Radio Armorique. Elle prend bientôt leur relais aux émissions en breton de Radio-Armorique, puis succède à Chanig Ar Gall à la télévision régionale comme speakerine du premier magazine télévisé en breton, Breiz o Veva. Productrice déléguée de FR3 pour des émissions télévisées, Marie Kermarec sera la première et pendant longtemps la seule femme réalisatrice brittophone de la télévision régionale. Parallèlement, elle fait du théâtre en breton avec la troupe de Rémi Derrien (Teatr Penn ar Bed) et propose également au public estival, en compagnie de Naïg Rozmor, de Christiane Malez et de la harpiste Kristen Noguès, un spectacle de poésie. Elle est, de Pleyben à Rome, la présentatrice bretonnante attitrée des concerts de Breizh a Gan ou encore du chœur d’hommes Mouezh Paotred Breizh. Depuis 2002, Marie Kermarec est devenue responsable de l’équipe de rédaction de la revue en breton Brud Nevez. Mariée à René Abjean, ils ont deux enfants et cinq petits enfants.

Haut de page

Pierre-Yves MOIGN

Pierre-Yves Moign est né à Brest (Léon) en 1927. Il suit les classes d’écriture au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient son Premier prix de Contrepoint en 1952.

Sa première œuvre jouée en public fut la musique de scène du premier spectacle du mime Marcel Marceau en 1948. Dès 1952, il s’intéresse aux musiques traditionnelles et, en 1955 et 1961, crée des ensembles musicaux (dont les fameux « Kabalerien ») avec lesquels il réalise plusieurs disques, passe à l’Olympia, fait plusieurs tournées de concerts à travers l’Europe et participe à des émissions de radio et de télévision. A partir de 1963, il étudie la pédagogie musicale et plus particulièrement les méthodes actives qu’il met en pratique dans ses cours et dans la chorale créée par lui en 1969, War Hentou Breiz, qui accueille enfants et jeunes gens. Il mène parallèlement une carrière de compositeur, écrivant pour toutes sortes d’ensembles vocaux et instrumentaux et composant de nombreuses pièces pour la harpe celtique et pour l’enseignement musical. C’est lui qui, plus récemment, réalise l’orchestration des œuvres de Didier Squiban, notamment la symphonie ‘Bretagne’ (2000) et la symphonie ‘Iroise ‘ (2004). De 1978 à 1999, il dirige le Centre Breton d’Art Populaire, fondé à Brest à son initiative. A côté de l’école de musique traditionnelle, il organise spectacles et concerts dont les ‘Rencontres Arts traditionnels et société contemporaine’, le ‘Carrefour des pays celtiques’ ainsi que de nombreux concours de musique.

Haut de page

Albert POULAIN

Né le 8 septembre 1932, il étudie le dessin et l’architecture au Conservatoire des Arts et Métiers de Paris de 1953 à 1958. C’est au cours de ce séjour qu’au contact d’Hervé Le Menn et d’actifs groupes culturels comme Ker Vreizh, il s’intéresse à notre culture populaire.

Il est, en 1957, co-fondateur du MOB (Mouvement pour l’Organisation de la Bretagne). Revenu à Pipriac dès 1959, il fréquente assidûment les cercles celtiques, la Kevrenn de Rennes et commence à enregistrer les chanteurs traditionnels, collectant ainsi près de 600 chants dans la région de Pipriac et de La Gacilly. Dans les années 1980 il portera à 1500 le nombre de chants ainsi collectés par lui. Déterminé à faire vivre ce riche répertoire, il commence alors à l’interpréter lui-même dans les fêtes locales. Dessinateur, il devient Maître d’œuvre en bâtiment et poursuivra à ce titre 1200 projets en vingt-sept ans : il réalise alors aussi près de 18 000 photographies du patrimoine bâti rural et de nombreuses restaurations. En 1959 il avait rencontré Jean-Louis Latour et Albert Noblet, qui seront avec lui co-initiateurs du Groupement culturel breton des Pays de Vilaine. Avec eux, il participe activement à la relance des fêtes locales, aboutissant en 1975, à l’initiative de Jean-Bernard Vighetti, à la création de la Bogue d’Or. C’est aussi à cette époque qu’il s’intéresse à un autre volet de la culture : le conte. Il collecte ainsi plus de 300 récits traditionnels, qu’il publie afin qu’ils ne tombent pas dans l’oubli. Surtout, il entreprend de les faire vivre, au cours des veillées et des fêtes, dans un gallo parfait et imagé, devenant bientôt pour tous le porte-parole inspiré de notre culture gallèse.

Haut de page

En 2003,
à Saint-Malo

René ABJEAN

Né en 1937 à Brest (Léon), il fait ses débuts dans la musique bretonne à la Chorale de Plouguerneau en 1953. Il créé à 17 ans son premier groupe vocal, un chœur d’hommes et participe à plusieurs expériences musicales avec les précurseurs du « revival » breton dont le quatuor Ar Baganiz en 1962 ou encore le groupe An Triskell, en 1969 dont il signe de nombreux arrangements. Il est cofondateur du Cercle Breton de Brest, puis préside le Festival International des Cornemuses à Brest à partir de 1969. En 1974, il publie une monographie sur La musique bretonne, collabore à diverses revues et est l’auteur d’un chapitre sur la musique bretonne dans L’Histoire Littéraire et Culturelle de la Bretagne. En 1975 il prend la direction de la Chorale de Ploudalmézeau, puis en 1977 de celle du Folgoët et fonde en les regroupant avec celle de Plouguerneau, « l’Ensemble Choral du Bout du Monde » qu’il dirige avec son ami Jo Le Gad jusqu’en 1988. En 1977, il fonde à Brest avec Pierre-Yves Moign, le Centre Breton d’Art Populaire et préside de 1979 à 1981 l’Association Culturelle de Brest, créée pour gérer le Palais des Arts et de la Culture. L’année suivante il dirige les débuts de Radio-Bretagne-Ouest. Il écrit et enregistre de nombreuses œuvres liturgiques, Missa Keltia en 1975, et profanes, les cantates Ar Marc’h Dall en 1979, War Varc’h d’ar Vor en 1987 et Kan evit ar Peoc’h en 1989. En 1998, il publie un recueil de chants de marins, rejoint la chorale Iroise et le groupe des Marins d’Iroise. Il collabore aussi régulièrement au Chœur d’Hommes Mouezh Paotred Breizh créé en 1995 par son ami Jean-Marie Airault. 1999 voit la création de la cantate Une ville vers la mer sur un texte d’Heather Dohollau et la création avec Christian Desbordes de la cantate pour l’an 2000, Kalon ar Bed sur un texte de Job an Irien et en 2000, la cantate Liñvadenn Ker Is pour les 50 ans de Kendalc’h.

Il est aussi docteur ès Sciences et a enseigné la physique à l’UBO. Il a reçu le Prix Bardet en 1975 pour l’avancement des méthodes spectroscopiques et a été membre de l’Académie des Sciences de New York de 1997 à 1999.

Haut de page

Angèle JACQ

Fille de paysan, Angèle Jacq est née à Landudal (Cornouaille) en 1937. Exploitante agricole puis représentante de commerce, employée de banque, syndicaliste, correspondante de presse depuis vingt-six ans, elle partage le reste de son temps dans son village natal entre écriture, jardinage et défense de la langue bretonne.

Fruit de 16 années de travail, son premier livre, Les Braises de la liberté, publié en 1995 chez France-Empire, est un roman historique, bientôt suivi en 1997 chez le même éditeur d’un recueil de légendes. Un autre roman, Le voyage de Jabel paru en 1999 (Ouest-France) connaît un vif succès et son dernier ouvrage, Ma langue au chat, est paru en 2002 aux éditions du Palémon.

Parallèlement à l’écriture, Angèle Jacq mène un combat quotidien pour la langue, qu’elle manie parfaitement, et pour la culture bretonne. Elle participe au lancement de l’appel de Carhaix en 1999 et fait partie de la délégation bretonne qui présente la situation culturelle de la Bretagne à diverses instances européennes.

Son combat s’attache aussi à la défense de l’environnement (traitement des déchets dans le Finistère) et à la solidarité avec le tiers-monde (soutien à une ONG au Sénégal).

Haut de page

Jean-Louis LATOUR

Né le 25 mai 1935 à Morlaix (Léon-Trégor), Jean Louis-Latour est issu d’une famille citadine, de marins (XIXème), militaires et commerçants. Marié à Marie-Christine il est père de quatre enfants, Kireg, Gaëlle, Nolwenn et Anaïg.

Il est profondément marqué par la guerre de 39-45 où son frère aîné, alors âgé de 17 ans, est blessé. En janvier 1943, une bombe tombe sur son école de Morlaix et provoque la mort de 40 enfants. Très traumatisé par cet événement ses parents décident de l’envoyer dans une ferme de Plouëgat-Guerrand où il s’imprègne totalement du breton. En octobre 1945, à Redon, il découvre le gallo, avant d’obtenir son bac Philo à Nantes. Effectuant son service militaire en 1957/60 à la FNSEA comme formateur pour les « Français de souche nord africaine », il y approche la culture musulmane.

Signataire en 1957 du POB (Projet d’Organisation de la Bretagne), il adhère au MOB avant d’intégrer l’Education Nationale comme conseiller d’éducation. En 1960, il rencontre Albert Poulain avec qui il fait équipe pendant de nombreuses années, collectant et chantant les textes qu’ils recueillent au fil de leurs rencontres. Il chante ainsi en festoù-noz et concerts jusqu’en 1985 (réalisation du premier disque de chants traditionnels gallos du Pays de Redon). De 1965 à ce jour il est, parallèlement, militant d’action touristique (président de l’OTSI de Redon pendant 13 ans). Il a obtenu la médaille d’argent du tourisme pour la défense de l’idée bretonne et sa culture.

Secrétaire de Kendalc’h en 1965, il participe à la construction du centre Ti Kendalc’h en tant que responsable bénévole avec sa femme Marie-Christine. En 1985 il prend la présidence de Kendalc’h et entre au Conseil Culturel de Bretagne dont il deviendra président, succédant à Per Denez, de 1993 à 2003. Il intègre le Conseil Economique et Social en octobre 1998 en tant que représentant de la culture.

Haut de page

Gilles SERVAT

Né le 1er février 1945 à Tarbes, d’une famille nantaise d’origine, il passe sa jeunesse à Nantes puis à Cholet jusqu’au baccalauréat. En 1969, il a le coup de foudre pour l’île de Groix et porté par la vague musicale du début des années 70, décide de s’engager dans la chanson. Il fonde alors le label Kelenn, qui produit Tri Yann an Naoned. En 1972, il y édite son premier titre, La Blanche Hermine (disque d’or) : ce disque porte le titre d’une des chansons, devenue rapidement comme un deuxième hymne de la Bretagne. Il poursuit sa carrière sur des thèmes poétiques et écologiques concernant la Bretagne et se produit dans de nombreux festivals et salles de concert. Il est aussi comédien au cinéma (entre 1973 et 1975) comme au théâtre (deux pièces avec le Théâtre de la Chimère en 1984 et 1985). En 1993 il présente son spectacle Le Fleuve aux Tombées de la nuit à Rennes et participe la même année à l’expérience de l’Héritage des Celtes aux côtés de 74 autres musiciens. Il signe alors chez Sony un album, Les Quais de Dublin, où l’accompagnent le Bagad des Roñsed-Mor Lokoal-Mendon, Ronnie Drew, Andy Irvine et Rita Connoly. Toujours engagé, il sort en 1998 le disque Touche pas à la Blanche Hermine en réponse à un parti politique qui avait utilisé cet hymne au cours de ses réunions. Suite au naufrage du pétrolier Erika, il édite un nouvel album Comme je voudrai !

Gilles Servat a plus d’une corde à son arc, car il est aussi écrivain (il a publié une épopée de science fiction, Les Chroniques d’Arcturus) et sculpteur : il a présenté ses œuvres à Morlaix en 1986.

Haut de page

En 2002,
à Lannion

Yves ROCHER

Né en 1930 à La Gacilly (Pays vannetais). A la mort de son père, à 14 ans, il décide d’aider sa mère dans l’exploitation d’un petit commerce familial d’articles textiles. Une vieille guérisseuse lui confiera la recette d’une pommade à la ficaire hémostatique : Yves Rocher décide de la fabriquer artisanalement dans le grenier familial et de la vendre directement aux utilisateurs. Produits naturels et vente par correspondance constitueront les piliers de l’entreprise de produits cosmétiques qu’il fonde en 1959. En 2002 ce sont près de 13 000 salariés et 200 000 franchisés, esthéticiennes ou délégués qui participent à la renommée internationale du groupe. 4 000 salariés travaillent en Bretagne, qu’Yves Rocher privilégie pour l’implantation de ses activités industrielles et logistiques. La Gacilly, son village natal, est aujourd’hui un chef de lieu de canton prospère dont Yves Rocher est maire de 1962 à 2008. Passionné par la vie politique et économique de la Bretagne, il devient conseiller général en 1982 et conseiller régional en 1992. Son nom présent sur tous les continents, il est sans nul doute un des Bretons les plus connus au plan international. Il disparait en 2009 et ses obsèques rassemblent plus de 3000 personnes.

Haut de page

Michael JONES

Né à Wrexham (Pays de Galles), le 5 décembre 1940, Michael Jones a très jeune émigré dans le centre de l’Angleterre, comme étudiant en histoire à Oxford, puis comme professeur à l’université. Sa carrière d’enseignant, débutée en 1966 à l’Université d’Exeter, s’est principalement déroulée à l’Université de Nottingham où il a été professeur d’histoire médiévale française de 1991 à 2002.

Il est aussi membre de plusieurs sociétés : La Royal Historical Society (1971), la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne (1972), la Society of Antiquaries of London (1977), vice-président honoraire de la Société d’Etudes et de Recherches sur le Pays de Retz (1985). Ses nombreux travaux ont principalement porté sur la période de la Bretagne ducale. Il a publié notamment :

La Bretagne ducale. Jean IV de Montfort (1364-1399) entre la France et l’Angleterre, 1998 (la version publiée de sa thèse de doctorat) ; Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne (3 t.), 1980-2001 ; Les Anciens Bretons des origines au XVe siècle, 1993 (avec Patrick Galliou) ;

Catalogue sommaire des archives du Fonds Lebreton, Abbaye Saint-Guénolé, Landévennec, 1998.

Haut de page

Robert OMNES

Né à Dinan (Pays malouin) en 1930, il s’intéresse très jeune à l’histoire et à la langue bretonnes. Passionné par les langues, il mène des études d’espagnol, de linguistique et de celtique à l’Université de Rennes. Parallèlement il s’investit dans différentes actions en faveur de la culture bretonne : il participe à la fondation de la Jeunesse Etudiante Bretonne (1952), du Cercle Celtique de Dinan la même année et de celui de Dinard en 1954. Il est aussi secrétaire (1959), puis président de la Confédération Kendalc’h (1961-1964).

Titulaire du CAPES, il enseigne l’espagnol à Quimper de 1956 à 1969. Agrégé en 1969, il enseigne à l’Université de Bretagne Occidentale de 1969 à 1988. Docteur en linguistique en 1991, ses recherches concerne la phonétique et la phonologie espagnoles. Il publie aussi plusieurs ouvrages et articles sur les relations historiques entre la Bretagne et la péninsule ibérique. De 1982 à 2000, il préside le Comité Bretagne-Galice.

Son action en faveur de la culture bretonne ne faiblit pas non plus : maire de Plomelin de 1965 à 1995, il y accueille la première école Diwan de Cornouaille, permet la mise en place d’une signalétique bretonne dans sa commune dès 1968, participe à la création de la chorale Kanerien Sant Meryn (1983) et de la troupe de théâtre Strollad Yann an Aod (1999). Il nous quitte en 2010.

Haut de page

Henri LECUYER

Natif de Maxent (Pays rennais), Henri Lécuyer fait preuve de grandes aptitudes scolaires mais ses parents, petits agriculteurs, n’ont d’autre choix que de l’envoyer chez « les enfants de troupe ». Il passe le bac puis est reçu en juillet 1944 au concours d’HEC. Sans moyens financiers pour continuer ses études, Henri Lécuyer s’engage dans la Première Armée (5ème D.B.). En Allemagne, il entre ensuite comme attaché d’administration dans les services d’occupation. Passé aux Affaires Etrangères en 1952, il devient en 1953 vice-consul de France au Costa-Rica. De retour au pays en 1956, nouveau tournant : il entre au Bureau d’Etudes Economiques et Sociales de Force Ouvrière. C’est aussi l’époque où il prend conscience de sa bretonnité, grâce à l’influence convaincante d’un sien cousin.

En 1958, administrateur à l’Euratom, à Bruxelles, il participe en 1969 à la fondation de l’Amicale des Bretons de Belgique. En 1972, il en devient président. Nommé administrateur principal à la Direction de la Politique Régionale de la Commission Européenne, il devient à Bruxelles, le « Monsieur Bretagne » qui introduit et guide dans le « labyrinthe communautaire » maints responsables bretons de l’économie et du milieu politique. Parallèlement, Henri Lécuyer, élu président de l’Organisation des Bretons de l’Extérieur (OBE), s’efforce de faire entendre la voix de la Bretagne à l’étranger (ex : création du Comité International pour la Sauvegarde de la Langue Bretonne). Parti en retraite en 1986, Henri Lécuyer poursuit son action jusqu’en 1993 en tant que président de l’OBE, puis au titre de Président honoraire de cette organisation.

Haut de page

En 2001,
à Landerneau

Pierre TOULHOAT

Né le 1er septembre 1923 à Quimper (Cornouaille), Pierre Toulhoat a fait ses études secondaires au Likès de Quimper, études couronnées par un bac philo en 1940. Dessinateur aux Ponts et Chaussées pendant l’occupation, il participe à la lutte clandestine, au sein des FFI du Finistère. Entré à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en 1947 (option sculpture), il collabore parallèlement à la nouvelle faïencerie Keraluc dès sa fondation, crée des bijoux pour Kelt, dessine foulards, tissus et bannières pour Le Minor, crée des vitraux pour l’atelier Le Bihan-Saluden. Il a enseigné la céramique et le modelage à l’école des Beaux-Arts de Quimper et a réalisé de grandes œuvres murales à la faïencerie Keraluc (bas reliefs en céramique polychrome), pour IFREMER, pour la chapelle de l’ex-hôpital Maritime à Brest, pour le lycée de Brizeux à Quimper etc… Il crée des médailles pour la monnaie de Paris, exécute dans son atelier de vitrail des commandes pour de nombreuses églises de Bretagne. Il crée un atelier de bijoux pour éditer ses créations et exécute des pièces d’orfèvrerie religieuses.

Haut de page

Frère Marc SIMON

Né le 19 juin 1924 à Plounevez-Lochrist (Léon), Frère Marc (François) Simon a fait ses études secondaires au collège Saint-François de Lesneven entre 1934 et 1941, avant d’entrer au grand séminaire de Quimper. Ordonné prêtre le 1er juillet 1947, il a été durant dix années au service du diocèse de Quimper et de Léon, essentiellement comme prêtre instituteur dans les écoles privées. En 1957, il est entré au monastère de Kerbéneat, dont la communauté allait se transférer à Landévennec. Après y avoir été employé à diverses tâches d’enseignement, il a reçu en charge en 1970 la Chronique (trimestrielle) de Landévennec, puis, en 1983, a succédé au Père Grégoire Ollivier comme responsable de la bibliothèque bretonne de l’abbaye. Il en a toujours la charge tout en se livrant à des recherches historiques sur le passé de l’abbaye.

Haut de page

Rozenn MILIN

Née en 1960 dans la campagne léonarde, élevée au sein d’une famille de paysans brittophones, Rozenn Milin commence jeune à militer pour sa langue et sa culture : dès ses 15 ans, elle joue au théâtre en breton et enseigne la danse et la langue bretonnes. Elle fait ses études à Brest (licence d’histoire en 1980 et maîtrise en 1996), à Rennes (licence d’Etudes Celtiques en 1988) et à Paris (DEA d’histoire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes en 1998). Elle effectue ses travaux de recherche sur Les Celtes et la mort dans l’antiquité d’après les textes grecs et latins et Les Celtes et les sacrifices humains dans l’Antiquité. Sur le plan professionnel, elle navigue à partir de 1978, en breton et en français, entre la radio (Radio Armorique puis RBO) et la télévision (FR3 « Bretagne » et Pays de Loire) où elle est tout à tour journaliste, animatrice, productrice, et même speakerine bilingue ! En 1986 elle émigre vers New York, où elle reprend des études de théâtre, et joue sur scène et à la télévision, en anglais, en gallois et en français, à New York, en Grande Bretagne et en France. Etablie à Paris de 1990 à 2000, elle reprend en parallèle des activités de journaliste et travaille essentiellement pour la télévision galloise. Durant toutes ces années, elle alterne par ailleurs périodes de labeur intense et voyages au long cours aux quatre coins du monde : Amérique du Nord et du Sud, Moyen-Orient, Asie Centrale, Chine, URSS, Afrique… Ces pérégrinations connaissent un terme en septembre 1998 quand Patrick Le Lay lui propose de prendre les rênes d’un projet de télévision bretonne qui voit le jour le 1er septembre 2000. Rozenn Milin est la directrice générale de TV Breizh, première chaîne de télévision régionale et bilingue en France, de 2000 à 2003. Elle est ensuite attachée audiovisuelle à l’ambassade de France à Beijing (Chine) jusqu’en 2008. Elle est aujourd’hui déléguée générale de la Fondation Chirac (protection de la biodiversité et dialogue des cultures) et directrice du projet Sorosoro.

Haut de page

Dan ar BRAZ

Né en 1949 à Quimper (Cornouaille), Dan ar Braz fait comme beaucoup ses premières armes comme musicien de bal. Dès le début des années 1970, il travaille avec de grands créateurs comme Jacques Higelin et surtout Alan Stivell avec qui il va tourner pendant 5 ans. A la recherche d’autres horizons il rejoint le mythique groupe anglais Fairport Convention, mais la nostalgie de la Bretagne le fait rentrer avec un album sous le coude : Douar nevez. Au creux de la vague folk en France, dans la décennie 1980-1990, il porte sa musique aux quatre coins du monde. Lors du Festival de Cornouaille à Quimper, en 1993, il se produit avec 70 musiciens pour créer L’Héritage des Celtes. L’album qui en est tiré touche un vaste public. Une grande tournée se termine en apothéose au Zenith à Paris. Il obtient deux fois la récompense de la Victoire de la musique.

Haut de page

En 2000,
à Pontivy

Tereza DESBORDES

Née le 1er février 1934 à Pont-Aven (Cornouaille), elle est la septième d’une famille de petits paysans. Sa mère étant très malade (elle est décédée quand Tereza avait 16 ans), elle est obligée de prendre sa place tant à la maison qu’aux champs dès l’âge de 14 ans, après avoir passé le BEPC et ce jusqu’à l’âge de 18 ans. En 1952, elle épouse Yann Desbordes arrivé à Pont-Aven fin 1949 comme instituteur. Installés d’abord à Plouescat, ils déménagent dans le département au gré des nominations, quatre enfants naissent alors. C’est en 1955 que Yann Desbordes découvre la Bretagne, elle le suivra peu à peu dans cette passion en apprenant en même temps que lui le breton auprès de Marc’harid Gourlaouen. La rencontre avec Per Denez, lui ouvre un chemin inconnu jusque-là, celui de l’édition. Elle apprend seule à taper à la machine et Per Denez lui confie la responsabilité des éditions Mouladurioù Hor Yezh, qu’il vient de créer en 1980. Plus de 150 titres ont été publiés à ce jour, dictionnaires et ouvrages pédagogiques, écrivains d’aujourd’hui, écrivains de la période de Gwalarn qu’il est important de faire connaître aux jeunes générations, poésie avec la collection « Skrid ». Son engagement militant en faveur de la culture bretonne passe par l’Institut Culturel de Bretagne. Elle a présidé durant plusieurs années la section Littérature écrite, une section très vivante (colloques, conférences, etc.) qui demande un important travail, mais qui offre aussi rencontres et amitiés.

Haut de page

Lena LOUARN

Née en région parisienne l’été 1950, de parents brittophones et militants, elle est la fille de Noela Olier et d’Alan Louarn, infatigables défenseurs de la langue et de la culture bretonnes. De retour en Bretagne en 1962, Alan Louarn a créé le bureau d’information mémorablement connu, Brudañ ha Skignañ à Rennes, place des Lices. Elevée en breton avec ses 9 frères et sœurs, Lena Louarn est titulaire d’un diplôme de secrétariat médical, du D.E.C. et de la Licence de Breton. Elle dirige le centre d’enseignement pour adultes Skol an Emsav à Rennes et dirige depuis 20 ans, le seul mensuel d’informations générales en langue bretonne Bremañ. Elle est coordinatrice à mi-temps du Conseil Culturel de Bretagne et présidente de l’Office de la Langue Bretonne, créé le 1er mai 1999. Après plusieurs années de présidence de « Skeudenn Bro Roazhon » (fédération des associations culturelles bretonnes du Pays de Rennes), elle en est restée membre du bureau en tant que secrétaire. Elle fait aussi partie du Comité Consultatif à l’Identité Bretonne créé par Edmond Hervé, maire de Rennes, et du Conseil d’administration de l’OSCR (Office Social et Culturel Rennais) pour la Culture bretonne du Pays de Rennes. De puis les élections régionales de 2010, elle est conseillère régionale, vice-présidente en charge des langues de Bretagne. Elle est mère de deux enfants : Glenn et Bleunienn.

Haut de page

Pierre-Yves LE RHUN

Né en 1936, dans une famille nombreuse de paysans du pays Bigouden (Tréméoc, Cornouaille). Après le lycée La Tour d’Auvergne à Quimper, il entre à l’Ecole Normale de Bordeaux et prolonge ses études à l’Institut de Géographie de l’Université de Lyon, Institut dirigé par Maurice Le Lannou. Agrégé de Géographie en 1962, il choisit de rentrer en Bretagne (Nantes), et, après le service militaire, obtient un poste de professeur d’histoire et géographie au lycée Clémenceau. Entré comme assistant à l’Université de Nantes en 1968, il passe en 1972 une thèse de troisième cycle sur l’aviculture intensive en Bretagne. Sa carrière universitaire est marquée par la publication de nombreux articles. En 1976, il est le coordinateur de la Géographie de la Bretagne et en 1994 de la Géographie et Aménagement de la Bretagne. Il participe aussi à l’Atlas de Bretagne (1990). C’est un géographe engagé : il soutient les luttes pour la défense du bocage, pour la promotion du marais de Guérande, contre la centrale du Carnet, pour la réunification administrative de la Bretagne (Bretagne et Grand Ouest, 1988), pour la promotion de la culture bretonne, notamment à l’école. Cet engagement se fait dans le cadre de la SEPNB/Bretagne Vivante et au sein d’Ar Falz. Sous sa présidence, Ar Falz lança avec d’autres mouvements le Front Culturel Progressiste Breton. Il a été plusieurs années président du C.U.A.B. (Comité pour l’Union Administrative de la Bretagne) et reste membre du bureau.

Haut de page

René VAUTIER

Né le 15 janvier 1928 à Camaret (Cornouaille), il mène sa première activité militante au sein de la Résistance à l’âge de 16 ans, ce qui lui vaut plusieurs décorations. Après des études secondaires au lycée de Quimper, il est diplômé de l’IDHEC (Institut des Hautes Etudes Cinématographiques) en 1948, section réalisation. En 1950, la réalisation du court-métrage Afrique 50 lui vaut une condamnation à un an de prison. Ce film reçoit la médaille d’or au festival de Varsovie. Engagé en Afrique sur divers tournages, il rejoint le maquis algérien. Directeur du Centre Audiovisuel d’Alger (de 1961 à 1965), il y est aussi secrétaire général des Cinémas Populaires. De retour en Bretagne, il fonde (en 1970) l’UPCB (Unité de Production Cinématographique Bretagne) dans la perspective de « filmer au pays ». En 1973, il entame une grève de la faim de 31 jours pour protester contre la censure politique vis-à-vis du cinéma. Il sera soutenu par Claude Sautet, Alain Resnais, Robert Enrico. En 1974 il reçoit un hommage spécial du jury du Film antiraciste pour l’ensemble de son œuvre. Il fonde en 1984 une société de production indépendante « Images sans chaînes ». Il a reçu en 1998 le Grand Prix de la Société Civile des Auteurs Multimédias pour l’ensemble de son œuvre. Parmi ses nombreux films on peut citer : Avoir vingt ans dans les Aurès (1972), La Folle de Toujane ou comment on devient un ennemi de l’intérieur (1973), Quand tu disais Valérie (1976), Quand les femmes ont prix de la colère (1977), Marée noire et colère rouge (1978), Voyage en Giscardie (1980).

Haut de page

Laisser un commentaire